« "Lieux de vie en science-fiction", 4è colloque Stella Incognita, 9-11 avril 2015, Université de La Rochelle | Accueil | "Censure et cinéma dans la France des Trente Glorieuses" »

lundi 13 avril 2015

Commentaires

Héloïse

Bonjour,

J'ai lu votre (très long) commentaire sur ce film, que je n'ai pas (encore) vu. Je pense que vous avez raison de trouver qu'il y a un manichéisme certain dans tous ces films animaliers. Je pense que vous avez raison de vous interroger sur les raisons qui amènent l'humain à être plus sensible à la simulation de mort ou de blessure d'un animal que d'un humain.

Pour ma part, c'est tout à fait mon cas, pour la simple raison qu'un animal (ou un enfant, son équivalent humain en quelques sortes) est "innocent", dans le sens où il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il ne prémédite pas. Un humain est loin d'être innocent, on peut lui parler, lui expliquer. Le vice existe chez l'humain, qui tue par plaisir (tueurs en série), font souffrir (violeurs... pédophiles) parfois par concupiscence (chasse, collection, trophées animaux y compris de ceux en voie de disparition).

A mon avis, votre révolte devrait plutôt se tourner vers la destruction que l'homme a engagée contre l'habitat de nombreuses espèces, et les espèces elles-même. En effet, de quel droit l'humain estime-t-il avoir le droit de rayer de la carte des espèces qui auraient normalement survécu ? Dans le cas d'une disparition naturelle, je peux me faire une raison (des espèces ont toujours disparu de façon naturelle, comme les dinosaures) mais si c'est notre faute, n'est-ce pas révoltant?

D'autre part, même si je comprends la détresse des bergers, quand l'animal mange d'autres animaux (les brebis du troupeau par ex.), ce n'est que pour survivre, contrairement à l'homme qui peut très bien survivre sans les tuer (je ne suis pas végétarienne pour autant).

Ces films sont simplistes, c'est vrai, car engagés! Ils sont conçus schématiser, et dénoncer une réalité bien vérifiable! Renseignez-vous donc, le loup est menacé. La sortie de ce film n'est donc pas un hasard... De surcroît, ce genre de film est destiné à "éduquer" les enfants pour les inciter à aimer les animaux, la nature, et à ressentir de l'empathie, de la compassion pour l'animal, à la façon des contes animaliers et des Disney, qui prônent le respect des animaux et de la nature. De belles valeurs, non ? Qu'avez-vous donc contre elles?

Avant de vous révolter contre le manichéisme certain de ces films, révoltez-vous contre le mal que l'on fait à la nature et aux animaux qui eux, n'ont aucune méchanceté: ils n'ont que l'instinct. Si un jour un grizzly vous mange, ce sera sans aucune méchanceté! :-) Tout comme mon message l'était.

Bien à vous.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.